<< Oeuvre commune Kadavreski – des échos
Une idée folle >>

Un beau projet a été mis en branle au printemps 2014 par deux membres du Club photo Dimension Johanne Pouliot et Pierre Vézina.  Celui-ci est né dans leur esprit au retour d’un séjour à Paris où ils ont visité une exposition de photos basé sur le jeu de création du « cadavre exquis » imaginé par les poètes surréalistes du siècle dernier.

Dans ce projet, un groupe de photographes forment une chaîne de création.  À tout de rôle, chacun reçoit la photo de son prédécesseur dans la chaîne.  Il s’en inspire librement pour en créer une dans un délai précis et il la transmet ensuite au suivant de la chaîne.  Il doit également décrire sa démarche pour la création de sa photo et la faire parvenir aux instigateurs du projet.

J’ai adhéré à ce projet avec enthousiasme et je ne suis pas le seul.  La réponse des membres du club a été excellente et nous avons été 38 à nous joindre à l’aventure.

Comme la période de création était limitée et que chacun bénéficiait d’une semaine pour réaliser sa photo, deux chaînes ont été mise en place et chacune recevait la même photo comme point de départ.

Ma participation à ce projet m’a amené à sortir de ma zone de confort et m’a ouvert de nouveaux horizons.  Premièrement, créer une image, plutôt que de capturer ce qui se présente à moi.  Deuxièmement, réfléchir et planifier la réalisation de ma photo.  C’est une démarche plutôt nouvelle pour moi en photographie.  Jusqu’à maintenant j’avais plutôt comme approche un découpage de l’espace/temps qui m’inscrit comme témoin de ce qui m’entoure.  (En écrivant ça, je réalise que je commençais déjà à travailler de cette façon avec mon exploration de la prise de vue panoramique!)

Bon revenons à Kadavresky.

J’ai été soufflé par la photo que j’ai reçu de Marie Robitaille – La Mariée oubliée.  Le défi de créer une photo du même niveau m’est apparu énorme!

Dans un premier mouvement, mes efforts se sont centrés à répondre à cette image, particulièrement à son message émotif.  J’ai élaboré divers scénarios plus ou moins intéressants, plus ou moins réalisables dans le temps imparti. Parallèlement à cette réflexion, je me suis mis en chasse d’un site propice, l’une alimentant l’autre.  C’est grâce à cette quête du lieu que j’ai découvert un coin magnifique de Québec que je ne connaissais pas.  J’avais trouvé mon site!

Graduellement, je me suis recentré sur la démarche proposée – créer une photo en s’inspirant librement d’éléments ou de thèmes de la photo que nous avons reçue tout en visant à ce que la relation entre les deux photos soit la plus sentie et originale possible en demeurant proche de son style personnel.  Un premier scénario de photo s’est imposé à mon esprit.  Malheureusement, je n’avais pas toutes les compétences techniques nécessaires pour réaliser mon projet et je n’avais pas le temps d’expérimenter pour les acquérir.  Mais ce n’est que partie remise!

Heureusement, un autre scénario a germé et j’ai relevé le défi !

Voici les éléments de la photo de Marie qui m’ont  inspiré:  l’église,  scène de nuit  (heure bleue),  un personnage,  le contraste chaud et froid,  l’oubli et l’abandon.

Comme personne à part les deux promoteurs du projet n’a une vue de l’ensemble de l’œuvre (les chanceux), je vous présente la mienne en avant-goût .

La chapelle évanouie - autoportrait fantomatique
La chapelle évanouie – autoportrait fantomatique

 

À +

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *